On vit vieux à Aniche ! La semaine dernière, Aniche Actu relatait le 104ème anniversaire de Raymonde Constant…

Ce dimanche 24 février 2019, le Maire Marc Hémez, entouré de plusieurs élus, a honoré Marie-Thérèse Diverchy-Villarubias, nouvelle centenaire anichoise. Marie-Thérèse Diverchy-Villarubias est arrivée à la Salle des Mariages sous les applaudissements des élus, des membres de sa famille et de quelques amis, tandis que la chanson « Joyeux anniversaire » donnait un côté festif et solennel à cette entrée magistrale.

Le Maire a évoqué toute l’émotion qu’il ressentait en ce jour particulier, émotion d’autant plus forte qu’il connait bien et depuis longtemps Marie-Thérèse Diverchy-Villarubias ! En effet, il fut pendant 24 ans son voisin et il entretient une relation amicale depuis près de 70 ans avec celle qu’il appelle affectueusement Mémé…

Marc Hémez a d’abord invité Jean-Claude Denis, adjoint et ancien voisin de la centenaire, à relire l’acte de naissance de Mémé rédigé cent ans plus tôt. Marie-Thérèse est née le 15 février 1919 à Anthony. À trois ans, elle arrive, avec sa famille, à Wallers. Sa maman décède à l’accouchement de son sixième enfant. Dès lors, Marie-Thérèse s’occupe de la fratrie. Un temps éclaté, la famille est de nouveau réunie à Somain ou mémé ne fréquentera pas beaucoup l’école, trop occupée par l’éducation de ses frères et soeurs. Quelques années plus tard, elle rencontre Auguste Villarubias, copain et collègue de travail de son frère aux Chemins de Fer. Elle l’épouse le 13 décembre 1941. Ils auront trois enfants Marcelle, Claudine et Jean-Michel. La famille s’installe à Aniche rue Rousselin en 1944. Mémé a profité de quelques voyages à la Napoule avec les Houillères, mais aussi à Lourdes et aux Baléares. En 1951, les Villarubias achètent leur maison Boulevard Drion que Mémé quittera après y avoir vécu plus de 65 ans. Ne pouvant rester seule, elle a rejoint l’Ephad de Sin-Le-Noble.

Généreuse, solidaire, elle a reçu la plus haute distinction des donneurs de sang. Elle est à la tête de trois générations, ses trois enfants lui ont donné 6 petits-enfants et aujourd’hui 7 arrière-petits-enfants illuminent sa vie.

Le Maire évoqua quelques souvenirs partagés avec la centenaire : Les tartes au lait ou au sucre à gros bords, les soirées chez les Villarubias qui furent parmi les premiers à posséder un téléviseur, Auguste, le mari de Mémé, jardinier aux houillères, lampiste, un époux courageux et autoritaire…

La remise de fleurs et cadeaux à la centenaire et la Marseillaise ont clôturé cette cérémonie très émouvante.